Encyclopédie Naheulbeuk

Accueil > Matériel > Les billets fanghiens

GemmeLes billets fanghiens

Un sujet plutôt tendu

samedi 29 avril 2017, par PenOfChaos

C’est au milieu de l’année 1499 que le Concile de Waldorg, à la sortie d’une réunion avec les responsables des grandes banques de la Terre de Fangh, décide de créer une monnaie papier plus pratique à l’usage que les bons au porteur. Il y a plusieurs avantages à cela, mais le principal argument pour son déploiement étant la cessation du monopole de fabrication de l’argent commun par le peuple nain...

Depuis bien longtemps, de nombreux habitants de la Terre de Fangh se plaignent du poids de la monnaie et des problèmes de change et de compréhension liés à l’utilisation des lingots de métaux précieux et des fameux "bons au porteur" fabriqués par les banques. Dans le même temps, la plupart des monnaies sont frappées par les Nains et ça n’est pas très pratique. Ils possèdent la plupart des gisement de métaux ainsi que les ateliers et fonderies nécessaires à la fabrication des monnaies. Le coût de leur main-d’œuvre est à la charge du gouvernement, qui supporte difficilement les inflations régulières et inexpliquées imposées par ces derniers.

Les bons au porteur, bien que pratiques et apprécié des marchands et des nobles, ont souvent été victimes de destruction. C’est une conséquence malheureuse du nombre d’illettrés vivant sur le territoire. Bien souvent, ces bons sont utilisés pour allumer du feu ou d’autres tâches ingrates car « c’est seulement du papier ». Plusieurs dizaine de milliers de pièces d’or ont été ainsi perdues par leurs propriétaires.

L’ouverture récente des frontières de la Terre de Fangh, à la suite de la grande expédition organisée par le Concile, a permis d’imaginer de nombreuses opportunités commerciales. Le Concile a donc décidé de lancer la fabrication d’une monnaie papier.

L’affaire n’a pas été au goût des Nains. À peine alertés, ils ont immédiatement menacé de lancer une guerre et on même réussi à rassembler des clans jusqu’alors parfaitement opposés. Toutefois, le gouvernement fanghien s’est montré ferme. La production de monnaie lourde continue, et en gage de bonne volonté, les grands patrons des banques ont accepté de faire figurer une personnalité naine sur l’un des billets. Les Nains ont alors insisté pour que celui-ci figure sur le billet « le plus cher », et un accord a été signé.

Détails concernant les billets

Les billets sont au nombre de cinq et sont ornés de personnalités diverses, qui ont été tirées au sort dans un large panel de noms.

Le premier billet montre ainsi Bifftanaën le Calvitié, lequel représente à la fois le pouvoir et la diversité du peuple fanghien. Ce politicien, en outre, a été aux premières loges durant la récente guerre contre Gzor. Ce billet est édité aussi pour fêter sa victoire face aux forces du mal.

Le deuxième est orné du portrait du défunt Kurt Yeleb, ancien responsable de la sécurité fanghienne, en signe de symbole à la fois de la population humaine et de la force militaire. Comme il a été lâchement assassiné par un espion pendant la dernière guerre contre Gzor (pendant le siège de Juienal), ce billet a été donc édité en son honneur.

On trouve, de manière assez étrange, Gilbert Latranche sur le troisième billet. C’est un semi-homme bien connu puisqu’il a participé récemment au Conseil de Suak en tant que porte-parole du peuple des collines. Il est l’actuel maire de Fierpâté.

Lorsque les Elfes ont su que les Nains allaient figurer sur les billets les plus élevés de la collection, ils ont immédiatement demandé réparation et compensation. C’est pourquoi le billet de 500 PO se voit orné d’une personnalité plutôt méconnue du grand public, mais qui a été choisie au cours d’un tirage au sort par un conseil elfique restreint : Norelenilia de Nilnerolinor. Du fait des nombreux clans chez les elfes, il y avait pourtant pas loin d’une centaine de concurrent(e)s.

Enfin, le dernier billet du lot, celui de 1000, a reçu comme ornement le portrait de Carlodh Grumbild, héritier de Mir-Nodd et qui s’est illustré récemment dans la guerre contre Gzor. Sa présence sur les billets incite pour le moment les généraux nains au calme et à la prudence.

En acceptant de mettre un dignitaire nain sur le billet le plus onéreux, Bifftanaën a toutefois bien joué son coup car le billet qu’il s’est réservé, celui de 10 PO, est imprimé à mille fois plus d’exemplaires que le billet de 1000. Il sera, de loin, celui qu’on trouvera le plus souvent sur le marché. Le dirigeant demi-elfe s’est ainsi assuré une très bonne représentation au sein du peuple, alors que le fils Grumbild n’apparaîtra que très rarement au mains des plus riches. Les Nains n’ont toutefois pas encore intégré cette donnée.

Information concernant la contrefaçon

Il est bien évident que ces billets sont pratiquement impossibles à reproduire, même par magie. Imprimés sur un papier parchemin/chiffon très résistant, ils ont des numéros et sont filigranés, de sorte qu’on puisse voir le portrait s’afficher sur un côté du billet. Les illettrés et les personnages ruraux pourraient se faire prendre au piège par un billet mal copié, mais pas les commerçants, et encore moins les banquiers.


Illustrations sur les billets : Guillaume Albin (Bestiaire Naheulbeuk)
Idée, infographie, montage et le reste : Pen of Chaos


JDR : retrouvez les fichiers pour imprimer vos propres billets fanghiens sur le site de distribution du jeu de rôle Naheulbeuk, rubrique de l’équipement.