Encyclopédie Naheulbeuk

Accueil > Histoire > Elfes de Fangh II

GemmeElfes de Fangh II

Deuxième Partie : la Grande Guerre contre le Chaos

jeudi 4 novembre 2004, par Cham von Schrapwitz

La dégénérescence de la noble race Elfique commença avec son implication dans la Grand Guerre du Chaos. Fatalement, au contact des Dieux Majeurs de la pagaille, du vice, de la baston et de la moisissure, pas moyen de rester zen.

Tour de Blizdand, deuxième jour de la décade des Liches, cité de Waldorg

Enfin un peu de tranquilité. Il pleut sur la ville, la saison des aventuriers débiles est finie et il fait un temps à ne pas mettre un coyotte dehors. Le jour idéal pour m’écouter vous raconter la suite de l’histoire des Elfes. Ou pour mourir carbonisé par une boule de feu si j’entends le moindre murmure pendant que je parle.

[...]Reprennons là où nous avons laissés les Elfes, mais avant un petit apparté sur le Chaos[...]

Les Dieux du Chaos se vouent toujours une haine sans bornes. Par exemple, les fidèles de Khornettohh traitent souvent les fidèles de Slanoush de tarlouzes, ce à quoi ces derniers répondent tout aussi souvent "et alors ?". De même, les fidèles de Tzinntch traitent ceux de Niourgl de crasseux, ce à quoi ils répondent par un rôt putride à la face des magiciens du Chaos...

Les Dieux s’affrontent, et leurs servants aussi. Cela n’a jamais changé, et il y a fort à parier que cela ne cessera jamais. Seul Dlul est un peu a dessus de tout ça. Il est trop occupé pour participer à ces querelles stériles. Il dort... Et son pouvoir grandit.

[...]

Pardon, je reprends après avoir succombé à une de ses attaques.

Or donc, il arrive parfois que les Dieux viennent directement se mêler des affaires des vivants en s’incarnant non pas un ongle, mais un avatar.

La Grande Guerre du Chaos commença lorsque Khornettoh s’incarna sur la Terre de Fangh, vers le 3e siècle après le début de l’Ere du Chaos.
Il semble qu’une invocation un peu inconsidérée d’un mage démoniste maîtrisant mal ses pouvoirs fut à l’origine du désastre. La popularité de Khornettoh chez les barbares de tous poils fit le reste : suffisamment d’énergie fut soustraite aux croyants pour pouvoir stabiliser la forme matérielle du Dieu de la Guerre, du Pillage et des Tripes Eclatées. Lessivés, les fidèles de Khornettoh s’effondrèrent dans une catalepsie terrible, subissant de plein fouet l’assaut de Dlul.

A cette époque la magie venait d’être découverte par les Hommes, qui n’étaient que des barbares mal dégrossis. Les seuls qui s’élevaient un peu au dessus du lôt étaient les Koundars, maitres d’un vaste empire tribal et amis des Nains.

Khornettoh s’établit loin au Nord, dans les montagnes. Il fit bâtir par ses démons une forteresse redoutable, nommée le Tangorodrigue. Ces premières bestioles furent façonnées à partir de taupes mutantes imbéciles du Chaos, rendues géantes par le Dieu fou.

Le château actuel de Gzor, qui est pourtant la plus sinistre et immense forteresse de la Terre de Fangh, n’est qu’un petit bastion secondaire et minable à côté de ce que fut le Tangorodrigue, dont les tours étaient des montages, et les remparts... Des montagnes aussi. D’où l’expression consacrée "faire une montagne d’une taupe ignare".

Non content d’avoir posé son pied à terre sur celle de Fangh, Khornettoh décida de bousculer les mortels et s’attaqua aux Nains sous les montagnes. Ce fut à ce moment que ce dieu mauvais et blagueur façonna les Gobelins à partir des Nains, pour les lancer à l’assaut de leurs anciens congénères [1], précédés de légions de Golbargs bien décider à tabasser les nabots barbus [2].

Bien des galeries et des salles superbes furent détruites par les légions déchaînées, à coups de Golbargs à mines. Naturellement personne n’a jamais compris comment des démons de plusieurs mètres de haut pouvaient progresser dans des galeries creusées par et pour les Nains, mais cela n’arrête pas les chroniqueurs. Certains prétendent que les chambres des Nains étaient très hautes de plafond. C’est doublement ridicule. Non seulement cela ne leur servait à rien vu leur taille, mais en plus cela aurait occasionné d’énormes frais de chauffage pas vraiment compatible avec leur avarice latente.

Les Clans des Nains étaient proches de s’effondrer et de disparaître lorsque les autres Dieux du Chaos parvinrent à rentrer dans la danse [3]. Tzinntch, Niourgl et Slanoush s’incarnèrent eux aussi dans les sombres terres du Nord. La confusion qui régna entre les Dieux du Chaos permis aux Nains de souffler et d’appeler à l’aide.

De furieux combats de démons déchaînés déchirèrent la douce quiétude des pentes enneigées... Comme les démons ne dorment jamais, ne se fatiguent jamais et ne sont pas syndiqués, ce sont des combattants infatigables et quasiment invincibles. Seules les plus puissantes armes runiques des Nains pouvaient en venir à bout, mais malheureusement les clans des forgerons des runes (Durandil en tête) ne parvenaient pas à équiper les troupes assez vite. Certaines armes runiques n’étaient en outre pas très faciles d’emploi, comme le "Cure Dents +4 de Thörofrin Dents-du-Bonheur".

Certains Elfes un peu ouverts sur certaines nouvelles pratiques allèrent trouver Slanoush, et lorsqu’ils ressortirent, bien des siècles plus tard, ce furent les Elfes Noirs. On ne sait pas bien où se trouvait le palais de Slanoush. Tout ce qu’on a retennu est qu’il se trouvait près d’un lac, si on en croit la chanson d’un vieux Barde à rats : "près d’un lac je m’étais endormi quand soudain surgit un Elfe Noir"...

A l’époque, la plupart des Humains étaient des barbares, mal dégrossis [4], et rares furent ceux qui voulurent aider les Nains. Au sein de l’empire Koundar, seules quelques tribus de sauvages du peuple oublié des Tamoué envoyèrent des bersekers tatoués partirent pour les montagnes du Nord. Ces guerriers étaient tellement représentatifs de leur peuple que depuis on a retenu l’adage "ce qui est tatoué est Tamoué".

Ils allaient ramener de la guerre le secret des runes de protection et de la forge des armes acier, "donné" par les Nains. Ceux qui refusèrent de partir à la guerre s’en mordirent les doigts quelques années plus tard, pendant le match retour avec leurs épées en bronze.
Ils durent endurer les moqueries de Crom et perdirent toute chance d’aller au Valhalla... L’Empire Koundar, vaste confédération tribale, passa au mains des Tamoué.

Mais il en fallait d’avantage pour stopper les Dieux du Chaos. Même en passant leur temps à se défoncer la gueule, ils progressaient inexorablement vers le Sud, tant en surface que dans les souterrains des Nains. Les Syldériens finirent par entrer en guerre contre le Chaos, non sans qu’une partie appréciable de leurs tribus n’ait rejoint les rangs des chaotiques.

Ce fut à cette époque que les Orcs apparurent, lorsque Khornettoh s’empara de quelques Elfes. Cette désacralisation de leur race suffit à décider les Meuldors à entrer en guerre contre le Chaos, qu’ils considéraient comme une curiosité locale sans intérêt, sale et malodorante [5]... Les Elfes maniaient une magie puissante basée sur le chant et la musique, comme je vous l’ai déjà expliqué. Seulement personne ne retient rien, et tous les étudiants sont des veaux. Qu’y puis-je ? Pour les contrer, Tzinntch fit forger les grandes Guitares Démons. Je vous détaillerai par le menu leur histoire un autre jour, avec l’aide du Padi-Chat Ind’y.

La décision de la première Grand Guerre du Chaos fut tranchée après des siècles de luttes stériles et sans merci (pas de quoi). En effet, tuer un démon ne sert pas à grand chose : en bannissant sa forme physique, on l’expulse simplement du plan de l’existence, et il retourne au Chaos. Il revient généralement par là où il est apparu, avec des babouches toutes neuves et une sauvage envie de vous défoncer l’aorte.

Face à ces hordes sauvages, les troupes des mortels subissaient de lourdes pertes. Les barbares Syldériens qui supportaient d’ordinaire assez bien les coups de massue de bois dur sur leur crâne qui ne l’était pas moins comprirent rapidement qu’une blessure infligée par une "daemonic flaming sword +3" ne se guérit pas avec un linge humide sur le front et une tisane de saule.

On pense que la moitié au moins de la population "humaine" de la Terre de Fangh finit par être tuée directement ou indirectement par cette guerre. Beaucoup de barbares combattirent pour le Chaos, les épidémies de Niourgl proliféraient, et plein de gens moururent en vain ou furent mortellement blessés. Pour ma part, je me sents bien mieux.

Les Elfes, moins bourrins et plus "rusés" que la moyenne de leurs alliés, entreprirent de refermer un à un les portails démoniaques qui fleurissaient ça et là sur la Terre de Fangh. Chaque Temple du Chaos de cette rieuse époque était doté d’un petit portail en pierre de taille en forme de grand "M" jaune-orange, sur lequel on trouvait toujours une vierge à sacrifier ou un supplicié au cœur arraché. C’était une sorte de restauration rapide pour les démons, et ça les attirait en grand nombre. On entrait dans les plans infernaux par l’arche de gauche et on en sortait par l’arche de droite. En plus de la restauration rapide, les fidèles de Khornettoh avaient inventé le sens unique. Mais comme ils étaient chaotiques, il créèrent aussi les embouteillages, les refus de priorité et les constats (pas du tout) à l’amiable. Quant au burger au steak de fesse de jeune vierge sacrifiée, c’est une autre histoire.

Les mages Elfiques infligèrent aux démons de sanglantes cantates magiques, qui les retournèrent comme des chaussettes et les détruisirent en grand nombre. Ces chants étaient un peu mélancoliques, mais le salut de la Terre de Fangh était à ce prix. De cette époque date le proverbe "la cantate triste sauve".
La magie elfique parvenait à déchirer par les ondulations de ses mélopée la trame même de la forme éthérée des démons. [6] De cette époque date l’expression "musique qui déchire". A cette époque, les Elfes maîtrisaient parfaitement le "cri qui tue". Depuis, ils ont dégénéré mais contrôlent encore bien le "cri qui fait mal aux oreilles". On pense que la Fée Laarsen pourrait être une magicienne Elfe maudite par le Chaos.

C’est à cette époque (vers la fin de la guerre) que les Dieux du Chaos Slanoush et Tzinntch décidèrent de se liguer pour battre à plate couture les Elfes et les fidèles de cet abruti de Khornettoh. Ils investirent un de ses lieutenants renégats, Gzor, du pouvoir de commander aux guitares-démons que Tziintch venait de forger.

Gzor avait l’apparence d’un humain, probablement le plus beau qu’on ne vit jamais. Toute la perversion de Lafoune était en lui, et son charme était tel qu’il faisait jouir les elfettes nubiles rien qu’en leur regardant le nombril. Gzor, ainsi paré d’une telle apparence, vint trouver Elfes Nains et Humains en cachant ses origines démoniaques à l’aide de puissants sortilèges. On ne sait pas pourquoi il avait trahi Khornettoh. Tout ce qu’on sait, c’est que quand il parlait de son ancien maître il disait de lui "this guy is no good"... Curieux syndrome. Il finit par rallier une grande coalition, la Salutaire et Brave Alliance de Fangh (ou SBAF).

La plupart des Meuldors furent dupés, et une large armée marcha vers les rieuses plaines du Nord. Barbares humains, milices urbaines, aventuriers minables, Nains ivrognes, Elfes mages, guisarmiers et archers... C’était une puissante armée, qui parvint à détruire de nombreux portails démoniaques et à faire un hollocauste de barbares du Chaos, de Trolls du Chaos et de Marmottes du Chaos. Un chef Barbare du nom de Josué Bovidé dit "La Moustache" s’illustra en particulier dans ces actions de fermeture des portails en terrassant le prince démon Makkedoh, grand maître des clefs des portails (on est sans nouvelles du cerbère de la porte).

Khornettoh était sur le point d’être vaincu, lorsque Gzor dévoila sa ruse, trop tôt.

Les guitares démons firent entendre pour la première fois sur la Terre de Fangh le déchaînement inouï de leur musique sauvage et chaotique. La magie elfique fut vrillée, de même que les tympans des Elfes qui se trouvaient là. Une telle musique eut un effet surprenant sur les Meuldors : leurs oreilles frémirent, s’allongèrent et devinrent pointues.

La bataille qui fit rage sur les Plaines du Nord culmina avec l’affrontement des avatars des Dieux du Chaos. La concentration de puissance chaotique fut terrible, et les courants des flux de la magie créèrent un carrefour éruptif qui rendit les avatars des dieux eux-mêmes instables.
Tous furent détruits, et une pluie de matière chaotique retomba sur les mortels présents. Les Elfes furent contaminés durablement par le Chaos, ce qui explique la dégénérescence de leur race (ça, et le faible apport en protéines et vitamines du lembas qui est néanmoins bourré de sucres lents). Les Dieux du Chaos, désincarnés, décidèrent d’aller pourrir d’autres mondes en se tapant sur la tronche, en gardant un œil distrait sur la Terre de Fangh.

Ceux des Meuldors qui survécurent pensèrent en avoir fini avec le Chaos. Mais dans la confusion, Gzor s’était éloigné de la mêlée avec une bande de démons soumis à son pouvoir. Il emporta aussi une partie de ses guitares démons. Téclystère, le plus puissant mage Elfe, l’affronta dans un duel à mort. Hélas pour la lumière des Meuldors, l’Elfe fut vaincu. Il lança néanmoins une puissante et mystérieuse malédiction à Gzor, qui reste encore aujourd’hui obscure pour les plus érudits des lettrés de la Terre de Fangh.

Il pointa son doigt vers Gzor, avant de hurler "face de krygonite".

Puis il mourut.

Depuis lors, Gzor a perdu son apparence de bel homme séduisant. Il ressemble à un gros poulpe bourré de tentacules. Il est toujours aussi puissant, mais au moins maintenant on sait qu’il est méchant au premier coup d’œil (qui est souvent le dernier aussi).

Les Meuldors prirent d’assaut le Tangorodrigue. Le siège dura plus de dix ans. La plupart des Orques qui défendaient la place finirent par avoir tellement faim qu’ils s’attaquèrent aux autres créatures. Puis, une fois terminé les rats mutants, les zombis, les poulets du Chaos et toutes les conserves de fidèles de Dlul cuits au bouillon [7], ils se mangèrent entre eux.
La règle à la guerre, c’est que les sièges sont interminables, mais hélas pour les défenseurs, ce ne sont jamais des histoires sans faim.

Il ne resta dans la grande forteresse vide qu’un seul Orque, gras et étouffé par sa graisse. Il était le dernier survivant des défenseurs. Il avait bouffé ses compagnons, et était devenu gros comme un démon, contaminé qu’il était par de multiples mutations chaotiques.

Les Meuldors purent facilement s’en débarrasser en lui lançant un petit chocolat à la menthe. Cela suffit pour le faire éclater. La plupart des Meuldors découvrirent dans la foulée qu’ils étaient dorénavant capables de vomir, et aussi à quel point vomir du lembas peut être douloureux.

Le Tangorodrigue vidé de ses défenseurs, les Elfes utilisèrent une grande partie de leurs derniers pouvoirs magiques pour jeter un enchantement massif sur la forteresse. Les portails démoniaques furent condamnés, et un voile de magie sonore entoure encore les montagnes. Seul échappa à cet enchantement un bastion qui fut plus tard le Château de Gzor. Si Téclystère avait été là, l’enchantement aurait été plus étanche. Hélas, Gallahadrillette était une tanche, qui faisait des pâtés sur ses livres de sort.

Les grandes plaines du Nord avaient été transformées par la pluie de matière chaotique en un désert sinistre. Aujourd’hui encore, les âmes des Humains, des Nains et des Elfes morts dans cette grande baston hurlent encore dans les vents de sable. C’est le Désert des Plaintes. Les voyageurs qui reviennent de ces paysages de dunes disent tous que c’est le pire vent qui n’a jamais soufflé. Et quoi qu’on fasse pour s’en prémunir, à la fin le vent pire contre attaque.

Une fois le calme revenu, les Meuldors commencèrent à ressentir les effets du Chaos. Ce fut l’époque de la grande séparation. Je vous compterai un autre jour ce qu’il advint des lignées des Elfes de Bomotar, Félédubor, Glandorn et Talairfin. Et aussi l’histoire d’amour avec du poil autour de Belgamël et de Na’Kuneboë.

Cham von Schrapwitz, mage élémentaliste et mets les dans ta liste.


[1Les Gobelins sont des cons dégénérés devrai-je dire.

[2Des Golbargs-tabac.

[3Et entrer dans une danse de Nains c’est pas facile.

[4les changements ont été minimes depuis, avouons-le.

[5un peu comme certains fromages insulaires en fait.

[6cette phrase est incompréhensible.

[7Les fidèles de Slanoush sont toujours ravis au lit. C’est pourquoi on en fait des conserves.