Encyclopédie Naheulbeuk

Accueil > Bestiaire > Monstres légendaires > Sombre Katakak

GemmeSombre Katakak

Souvent nommé par les vilains

mardi 7 avril 2009, par PenOfChaos

Le Sombre Katakak n’est plus qu’un souvenir horrible et suintant, et ce depuis fort longtemps. Cependant, ce monstre reste inoubliable et se retrouve souvent cité par quelques mécréants qui auraient bien aimé l’avoir à leur botte.

Le Katakak est apparu au début de la grande guerre contre Gzor, au milieu de l’ère du Chaos. Nul ne sait s’il a débarqué d’un plan d’existence étrange ou s’il a été invoqué par un dément. C’était une créature dotée de pouvoirs assez utiles sur le champ de bataille, et qui a servi Gzor du temps où il était encore humain.

Long d’une dizaine de mètres, son corps noir et velu était d’un style plutôt arachnéen. Il était armé de quatre grandes pinces multi-fonctions, outre ses pattes tranchantes, et sur sa tête énorme se trouvaient près de cinq cent yeux, tous dotés d’une bonne vue et répartis de façon circulaire. Gzor envoyait souvent cette créature en avant-garde, aussi bien pour détecter les pièges ou éviter les embuscades que pour semer la terreur dans les rangs des ennemis. Le Katakak n’a jamais été défait, ni par des soldats ni par des aventuriers. Il est mort de ce qui semble être une indigestion après s’être retourné contre un régiment d’orques qui devait l’escorter jusqu’à la bataille de Kluguff.

Il reste maintenant deux morceaux de pince du Katakak au musée des monstres légendaires de Waldorg. Le reste du corps est probablement gardé dans le château de Gzor.

On retrouve aussi quelques expressions dans le langage courant :

- Par les yeux du Sombre Katakak

Les sorciers, le plus souvent affiliés au chaos ou bien nourrissant de noirs projets, rendent hommage par le biais de cette expression à la bête qu’ils vénèrent, et dont ils aimeraient bien disposer.

- Rapide comme le Katakak

Aucune machine de guerre n’a jamais bougé aussi vite que le Katakak sur un champ de bataille, par même le légendaire Hamsterzilla qui régna sur la bataille de Zoug-Amag-Zlong.

- Ça pue le Katakak

Se dit lorsqu’une odeur de pourriture atteint la limite supportable par un être humain.

- Ta mère élève des Katakaks

Expression en vogue dans les établissements formant les sorciers, ou dans les garderies des enfants de cultistes de Tzinntch.

- Il nous faudrait une pince de Katakak

Les servants de machines de guerre, lorsqu’ils se sentent dépassés par le matériel ennemi, ont souvent recours à cette expression juste avant de prendre la fuite.