Encyclopédie Naheulbeuk

Accueil > Géographie > Ruines d’anciennes civilisations

GemmeRuines d’anciennes civilisations

Trésors, monstres et aventure

mardi 10 janvier 2017, par PenOfChaos

Bien que déjà relevées dans le désert des plaintes (à Rancurac), les traces d’une civilisation méconnue du peuple fanghien ont été découvertes récemment par l’expédition de Glibzergh Moudubras dans la région des Confins du Givre.

Nous parlons ici de trois cités abandonnées depuis fort longtemps : Yviir, Kasgeklö et Bravsila (des noms d’emprunt, puisque nous n’avons pour le moment aucune idée de la langue parlée par ces vieux peuples, et donc du véritable nom de ces cités). On pense qu’il y en a d’autres, mais le temps a manqué pour partir à leur recherche. Les érudits, mages, alchimistes et chercheurs fanghiens sont très heureux de cette découverte car elle va leur ouvrir le champ à de nouveaux sujets de recherche – espérons juste que ces dernières ne seront pas trop dangereuses. Ces gens pratiquaient la magie, l’invocation et le culte de dieux qui nous sont inconnus. L’architecture étrange, les techniques de construction avant-gardiste, l’agencement rationnel des bâtiments, la maîtrise de l’urbanisme et la puissance des fortifications suffit en général à comprendre que nous avons affaire à un peuple qui était très en avance sur son temps, un peuple dont la mystérieuse disparition alimente les discours des chercheurs depuis belle lurette. Toutefois, on pense qu’ils seraient venu du sud (d’autres ruines similaires se retrouvent dans les régions plus chaudes) et qu’ils avaient de puissants ennemis.

Parlons un peu des ruines de Rancurac, que nous connaissons déjà. Pillées depuis fort longtemps par des errants d’origines diverses, elles étaient toutefois différentes de celles des Confins par le fait que nuls esprits ou squelettes animés n’en gardaient les catacombes. La cité de Rancurac, abandonnée au début du premier âge par ceux qui l’avaient bâtie, a d’ailleurs été occupée au cours du deuxième âge par des érudits du territoire de Fernol, lesquels ont visiblement profité des secrets enfouis à cet endroit pour mener à bien des expériences. Cette affaire, nouvellement portée à la connaissance de l’armée fanghienne, a permis d’ailleurs de remporter la récente guerre contre Gzor grâce à l’utilisation d’un sortilège de masse inconnu et tenu secret depuis [1].

JPEG - 77.3 ko
Plan des ruines de Kasgeklö
Illustration : Pen Of Chaos

Un périmètre de plusieurs kilomètres se révèle pratiquement désert autour des ruines d’Yviir, de Bravsila et de Kasgeklö. Ces ruines sont très chargée en magie ainsi qu’en choses anciennes et mystérieuses. Avec des préoccupations essentiellement barbares, les habitants de la région considèrent que tout ce qui est magique est pourri, ce qui pourra se révéler intéressant pour les aventuriers : en effet, ils résistent assez mal à la magie (ce qui semble être, par ailleurs, leur unique point faible...). Les civilisations qui ont bâti ces cités très anciennes ont disparu depuis longtemps et il serait intéressant de savoir pourquoi et comment. Toutefois, ces ruines ne sont pas habitées que par des rongeurs : de puissants esprits en seraient les gardiens. Des expéditions sont en ce moment même en cours de préparation pour en savoir plus.

Les villes abandonnées des Confins du Givre sont gardées par diverses créatures, et notamment ce que nous avons appelé les esprits haineux : ces entités vouées à la destruction du genre humain stationnent pour une raison qui nous échappe dans les ruines et attaquent à vue en cisaillant l’âme des créatures pensantes. C’est une attaque dévastatrice qui laisse la victime dans un état passager de faiblesse mentale. Ces monstres immatériels sont immunisés contre les dégâts causés par des armes normales et c’est pourquoi les peuples locaux, bien que féroces en tout point, les considèrent comme invulnérables : ceux-ci ne maîtrisent pas la magie qui permet de les blesser. Ils font donc leur possible pour rester à l’écart des ruines qui demeurent intactes... Ce qui rend leur étude d’autant plus intéressante. Nous avons noté que les esprits haineux, veillant sur les vieilles pierres en compagnie de squelettes animés, ne s’intéressent aucunement aux animaux, lesquels profitent bien souvent des ruines pour installer leurs repaires. Une expédition a rapporté qu’on trouve aussi dans ces ruines d’étranges bêtes aquatiques – tout à fait inhospitalières – ainsi que des démons inconnus, prisonniers peut-être d’un pacte millénaire, et qui continuent d’infliger des sévices à quiconque s’approche des secrets qu’ils gardent.

La première expédition organisée dans les ruines d’Yviir a permis de ramener quelques objets très intéressants, dont une partie se trouve actuellement à débarcadère CG-02 et une autre qui a été transportée jusqu’à l’avant-poste CG-01. Les objets les plus étranges, principalement des tablettes gravées, ont été acheminées jusqu’à Waldorg où elles sont actuellement à l’étude.


Jeu de rôle : les tableaux d’armement et de souvenirs des Confins du Givre mentionnent souvent les objets provenant des ruines de l’ancienne civilisation : ceux-ci sont rares et précieux. Des soldats ou des aventuriers capables d’en rapporter quelques-uns jusqu’à un poste avancé seront considérés comme des héros et feront rapidement fortune. Vous pouvez utiliser ces ruines comme base pour un scénario. Les plans HD ainsi que les détails de jeu sont fournis dans l’extension des Confins du Givre, disponible à la rubrique des plans sur le site de distribution de notre JDR. D’autres ruines seront disponibles dans le futur, avec la parution d’autres extensions.


[1Voir : le roman Chaos sous la Montagne