Encyclopédie Naheulbeuk

Accueil > Bestiaire > Végétaux et arbres > Myconides

GemmeMyconides

Une autre erreur que la nature aurait pu éviter si elle était un tant soit peu sérieuse.

mercredi 11 février 2009, par Runegui

Depuis toujours, les créatures de la terre de fangh nagent en pleine confusion, c’est pourquoi elles mélangent souvent un peu trop les genres. C’est le cas du myconide, un genre d’homme-champignon qui pousse en cercles et qui a tendance à abuser de ses propres hallucinogènes.

— Présentation sommaire —

« Le myconide (Homo Fongus)constitue à l’évidence l’accomplissement de l’éveil à l’intelligence du champignon, éveil dont la nécessité expresse ne m’apparaît pourtant pas évidente. Disposant d’une structure sociale simple, les myconides forment des communautés restreintes de 10 à 50 individus d’âges et de tailles variés dans les lieux sombres et humides, lieux qui par ailleurs et en général n’intéressent personne d’autre. [1] »

JPEG - 140.1 ko
Myconide sauteur
Illus. Guillaume Albin

« Apparemment, les myconides ne seraient que les émanations d’un mycellium invisible présent dans le sol, presque indestructible et pouvant s’étendre sur des centaines de mètre carrés. Ce mycellium, dont l’espérance de vie ne peut être évaluée avec certitude, engendre continuellement des myconides, et ce quelque soit le nombre de victimes parmi les créatures. Les connaissances des myconides, aussi rudimentaires qu’elles soient, semblent leur être inculquées à la naissance par le mycellium-mère. Il est fort probable qu’un mycellium-mère finisse par mourir lorsqu’il épuise les ressources d’un emplacement, mais certains voyageurs ont vu des myconides entasser des tas de compost en marge de leurs cercles... L’espérance de vie d’un myconide, elle, est d’une demi-douzaine d’années au mieux, mais l’idée de la mort ne semble pas avoir d’emprise sur eux. D’ailleurs, aucune idée ne semble vraiment avoir de prise sur eux. »

— La bagarre et les myconides —

« Un myconide est relativement inoffensif, incapable de faire le moindre dégât avec ses bras mous et flasques ; toutefois, lorsqu’il est excité (si si, ça arrive), il relâche des nuages de spores luminescents qui intoxiquent gravement toute créature les respirant, leur donnant des visions improbables et laissant parfois des séquelles psychologiques inguérissables : le cas d’un nain persuadé de l’existence d’un Dieu champignon omnipotent et méditant l’invasion de notre univers m’a été rapporté il y a peu ; le sujet serait devenu mycophobe au dernier degré et perdrait systématiquement connaissance lorsque confronté à une bonne vieille omelette aux morilles. Pathétique. »

— Communication extra-raciale pas si extra que ça —

« Ces mêmes spores permettent aux myconides les plus âgés d’entrer sommairement en contact avec d’autres humanoïdes, par un relâchement contrôlé. Les effets sont désorientant mais pas désagréables, se limitant à quelques visions colorées et à des éternuements. En général, les conversations myconides sont assez pauvres, ce qui est un peu normal vu le niveau de toxine invraisemblablement élevé qui sature leurs lobes cérébraux. »

— Conclusions —

« Notre bon Zoologium manque de fonds alloués à la recherche pour étendre nos connaissances sur les myconides. Nous ne connaissons quasiment rien des possibilités alchimiques des toxines myconides [2]. Il existe également des rumeurs parlant de mycelliums antiques dans les régions les moins salubres de la terre de fangh, capables d’entretenir des centaines voire des milliers de myconides, dont certains auraient des capacités magiques terrifiantes : mycoses cutanées, irritations, tracas gastriques fulgurants... Nous nous devons de vérifier tout ça. Je préconise l’envoi d’une compagnie d’aventuriers dans les marécages de l’éternelle agonie sous un faux prétexte, juste pour voir. »

Extrait d’une présentation orale de Laurenzo Saint Dubois (LSD pour les intimes), Mycologue émérite et maître de conférence au Zoologium de Glargh.


[1Même eux non plus, sans doute.

[2Tu parles, j’ai surpris la moitié des étudiants du Zoologium en train d’en utiliser en douce avant les examens. Tous les shamans barbares en font aussi une consommation excessive... il paraît que ça ouvre les portes de la conscience fongique de l’individu, mais j’y crois qu’à moitié.