Encyclopédie Naheulbeuk

Accueil > Bestiaire > Chapon Fanghien

GemmeChapon Fanghien

Chaponus Tictacus Fanghiensis

mardi 17 juillet 2007, par Herr Zatz

Le chapon Fanghien (Chaponus Tictacus Fanghiensis) est à ne pas confondre avec le chapon tout court. Bien qu’il existe de grosses lacunes encyclopédiques quant à son système de reproduction (notamment au sujet de la coloration des œufs), le chapon Fanghien est bien une espèce à part entière, avec mâles et femelles, bien que ces dernières soient d’une extrême rareté, nous y reviendrons.

JPEG - 10.6 ko

Les chapons [1] naissent donc dans des œufs colorés aux vives couleurs. Des ornithologues ont élaborés une théorie selon laquelle cette stratégie naturelle consiste à attirer les jeunes enfants qui les prennent pour des Tic Tac [2] géants.

En effet, l’œuf de chapon a besoin d’une présence humaine [3] pour éclore.

JPEG - 26.9 ko
Oeuf de chapon

Le jeune chapon est particulièrement réceptif aux ondes mentales des enfants (manger, pipi, baver, taper mon petit frère) et dès qu’un contact est établi, il se crée un lien télépathique très fort et permanent, qui unis dès lors les deux créatures.
Le chapon atteint rapidement l’âge adulte, il peut alors être monté comme un cheval [4], et c’est ainsi que leur compagnon humain devient chevalier-chapon.

Le cas des chaponnes est intéressant. Il semble que les œufs bleus (hé non, c’est pas rose pour les filles) donnent naissance à des femelles, qui sont si rares que certains héros se damneraient pour en avoir (en général, il se contentent de les acheter à coup d’objets magiques rares).

Les chaponnes font partie de ce qu’on appelle les montures épiques, d’où le terme populaire(un peu abscond, il faut l’admettre) de poule-épique (on y peut rien si les gens sont incultes).
Comme de bien entendu, les femelles sont les seules à pondre des œufs [5], ce qui augmente d’autant plus leur valeur.

JPEG - 12.1 ko
Guy-Albert Roi-Cot

La caste des chevaliers chapons est connue pour être...de taille réduite. Nonobstant la rareté des montures, les monteurs sont généralement promus trop jeunes au rang de chevalier (avant d’avoir fini le cours élémentaire) et se font souvent occire par le premier brigand un peu fourbe, laissant un chapon déprimé qui ne tarde pas à se petit-suicider. [6]

L’histoire avec un petit h retiendra cependant les exploits de Guy-Albert Roi-cot [7], qui monté sur Cocote (oui ça brise un peu le mythe), a mené la charge de cent-soixante-trois chevaliers chapons contre l’armada des pirates mauves en 1447. Guy-A comme on l’appelait, troublé d’apprendre qu’il portait presque le même nom que le roi des Pirates (Guy Lu Cru [8]), oublia la nature navale de son opposition et réalisa involontairement la plus grande soupe au poulet de l’histoire, la fameuse Roi-Cot minute soupe.


[1maintenant ça va bien, on va arrêter de dire Fangien à chaque fois, hein.

[2TM (on m’a dit de le dire)

[3il semblerait que ça marche aussi avec les elfes. Les nains eux, ont tendance à les manger.

[4Et ça vous fait rire ?

[5si vous l’ignoriez, je recommande un petit tour à la campagne de temps à autres.

[6bien qu’il soit fait état de chapons ayant parfaitement supporté le décès de leur chevalier attitré. L’un d’eux aurait même affirmé : « cot coooot cot », ce qui souligne clairement son indifférence totale. Oui, je parle le poulet, pas vous ?

[7Un surnom prétentieux qu’il s’était donné en tant que soi-disant roi des chevaliers chapons
 ?

[8Roi des pirates mauves (pendant quatre jours, en 1415)