Encyclopédie Naheulbeuk

Accueil > Histoire > Personnalités > Le Nain

GemmeLe Nain

Ses enclumes, son or

vendredi 2 juin 2006, par PenOfChaos

Fils de mineur depuis 32 générations, notre Nain est un digne représentant de son peuple. Il n’a pas connu grand-chose d’autre que le métal, la roche et l’or avant d’être poussé par un instinct vénal sur le sentier de l’aventure.

Issu d’une famille tout de même respectée [1], on peut noter qu’il descend de Gurdil "Cul-brillant", arrière-grand-père ayant à son actif plusieurs voyages extraordinaires et des anecdotes de vie relativement uniques. Il y aurait donc dans la famille une graine d’explorateur.

D’un âge sujet à caution, mais probablement supérieur à quarante ans [2], il grandit dans les montagnes du nord de Mliuej, dans la cité naine de Jambfer. D’un naturel brutal et tout de même assez rusé pour un Nain, il devient rapidement un adversaire redoutable aux billes [3]. Connu de ses camarades comme "Ongle-d’Argent" ou "Pouce-d’Airain", il apparaît que leur respect se change bien vite en animosité. Il est de notoriété publique que les Nains ne peuvent pas être trop rancuniers entre eux, pour maintenir leur cohésion sociale [4], mais s’il y a une chose avec laquelle ils ne plaisantent pas, c’est l’or. Les victoires successives de notre Nain lui font perdre plusieurs copains, en même temps qu’elles font grossir son pécule d’argent de poche. Le philosophe mineur Yalbor Dellissi aurait dit un jour : "Si on ne peut pas toujours compter sur les amis, on peut toujours compter son or". En fait de quoi, ce n’est pas trop grave.

JPEG - 143.2 ko
Le nain s’aime bien
Illustration : Marion Poinsot / couleur Sylvie Sabater, éditions Clair de Lune

C’est dans sa trentième année que son père hélas décède d’un accident de chariot à minerai, remplacé à la mine par ses deux grands frères peu habiles mais travailleurs. Sa mère se réfugie dans un merveilleux hobby, consistant à collectionner les roues de chariots et les charnières de cercueil.

La jeunesse passe, il décide alors de s’entraîner au maniement de la hache, des fois qu’on en viendrait aux mains, ou que la mine soit envahie de peaux-vertes. Et il arrive un jour où il faut arrêter de jouer aux billes, et trouver un moyen de gagner sa vie... les choix sont plutôt limités surtout lorsqu’on a le goût de l’action, et il refuse d’aller travailler avec ses frères, puisque l’un d’eux lui aurait piqué une tartine à l’âge de huit ans [5]. Ses aptitudes innées pour le calcul de l’or auraient pu l’orienter sur un travail de banquier, mais l’appel du sauvage est plus fort. Ainsi que l’envie probable de frapper des gens.

JPEG - 191.4 ko
Le Nain paré pour le combat
Illustration : Marion Poinsot / couleur Sylvie Sabater, éditions Clair de Lune

Ayant à contre-coeur déboursé quelques pièces pour se payer les conseils d’un maître d’armes nain [6], il récupère au poste de garde une hache pas trop abîmée, avec la ferme intention de l’échanger contre une neuve et si possible sans rien débourser. Il prend la route, en traînant avec lui sa fortune, la vieille cotte de maille de son père, de l’alcool pour la route et un vague plan donnant la direction des villes humaines.

C’est en errant d’une taverne à l’autre, cherchant un travail de mercenaire, qu’il se laisse convaincre [7] par un individu encapuchonné d’aller chercher fortune à la porte du donjon de Naheulbeuk, où l’attendent "plusieurs aventuriers chevronnés".

La suite... C’est la grande aventure des Fiers de Hache !


[1Donc, riche.

[2N’oublions pas que l’espérance de vie des Nains est égale en moyenne au rapport connu entre la largeur d’une entretoise d’étai de mine et la longueur du fer moyen de pioche, multiplié par le nombre d’Or. Ce qui donne beaucoup plus qu’un être humain, en fait.

[3Les jeunes Nains jouent avec des billes d’acier trempé pendant les récréations, des jeux d’adresse au cours desquelles ils parient des pépites de minerai ou de l’or extorqué aux parents.

[4Ils sont du reste assez occupés à cultiver leur rancune relative au reste du monde.

[5On ne plaisante pas avec les tartines non plus.

[6"Une heure de cours, ça suffit bien, ensuite je vais m’entraîner tout seul..."

[7Pour convaincre un nain, payez-lui deux tournées.