Encyclopédie Naheulbeuk

Accueil > Géographie > Chnafon

GemmeChnafon

Village maussade

mardi 17 mai 2005, par PenOfChaos

Un village né sur un coup de tête, mais dont les habitants n’ont pas souvent eu de chance.

Chnafon, déjà, était un nom prédestiné à la déveine. On ne vous prend jamais au sérieux, quand vous habitez Chnafon.

Le village porte le nom de son premier habitant, inventeur malgré lui d’une bière à la framboise particulièrement goûteuse (voir l’article en question). Il n’offre rien de particulièrement intéressant vu que la boisson en question a pratiquement disparu, mais il reste tout de même une assez grande bourgade, du moins si on le compare à la plupart des autres villages de cette plaine. Les gardes à l’entrée possèdent un sens civique développé.

JPEG - 107.8 ko
Carte Chnafon miniature
Voir Chnafon, et mourir.

Après bien des conseils d’administration, aucun dignitaire de la ville n’avait réussi à proposer un nom correct pour les habitants : Chnaffonais, Chnaffoniers, Chnaffonains, Chaffounnonais, etc. Afin d’éviter qu’on leur pose la question, il fut simplement décidé de ne pas mettre le nom de la ville sur la carte, et de la laisser sur une pancarte à l’entrée. A la suite de nombreuses réunion, il fut noté dans le cahier de compte-rendu une phrase du genre "bah, on verra bien". On voit surtout que depuis le temps, le nom du village passe toujours pour un éternuement.

Situé en bordure du Lac de Zblouf, la localisation était pourtant prometteuse. On pensait bien, au départ, qu’on pourrait vivre des produits issus du lac : moules d’eau douce, écrevisses juteuses et poissons divers. Hors, une facétie géologique née d’une secousse sismique dota le lac d’un fort courant ouest-est, repoussant la plupart des poissons à l’autre bout du plan d’eau. La présence de gros animaux inconnus à forte dentition et appétit développé découragea les pêcheurs quant à l’utilisation de barques. Pour pêcher, il faut donc effectuer une randonnée de plusieurs kilomètres, et quand on revient, le poisson a eu le temps de pourrir.

Heureusement, le terrain irrigué permet de faire pousser quelques légumes. Le manque d’enthousiame des habitants n’a pour le moment donné lieu à aucune création digne d’intérêt, si ce n’est le concours de la plus grosse patate qui se tient tous les 5 ans.

Les habitants sont donc chroniquement fâchés avec tout le monde, et même avec les promeneurs que la proximité de la forêt maudite n’aurait pas repoussé.

JDR : d’autres informations, plus détaillées, sont disponibles dans le site du jeu de rôle à la rubrique des plans.